Home About Us EJournal EBooks Bibliographies Bible Proverbs Quotations Games Proverbium Paremia line Twitter
 



One swallow does not make a summer.

Click here to see/listen to the equivalent proverb in:
rss 2.0
Subscribe
Unsubscribe
Send the proverb of the day to a friend
Daily Quote :
To make a change often takes a lot of initial energy and effort. This is not unlike a rocket that expends most of its energy in the first few miles even though its destination may be hundreds of thousands of miles away.
--Get Details
( Unknown, Source | Change )



POINTS DE VUE SUR LA PAREMIOLOGIE STRUCTURALE

DUMITRU STANCIU

POINTS DE VUE SUR LA PAREMIOLOGIE STRUCTURALE

Discuter et apprécier les théories actuelles ayant trait à la parémiologie c'est affronter, entre autres, les difficultés du premier pas, c'est à dire la manière dont on s'y prend. Il est difficile pour le chercheur qui se tient au courant des tentatives de modernisation scientifique1 du domaine parémiologique de trouver un trait d'union entre le champ de ces préoccupations et les efforts qu'on déjà faits. Ce trait d'union existe quand même. Il se trouve quelque part, au niveau des problèmes fondamentaux de la parémiologie.

Au fond, sans occuper le même niveau hiérarchique, les problèmes fondamentaux de la parémiologie sont, tout comme pour d'autres domaines, ceux qui:

  1.  constatent et fixent le champ parémiologique (ils définissent);
  2.  présentent tout en détaillant, le corpus parémiologique (ils décrivent);
  3.  expliquent la manière d'être du corpus parémiologique (ils justifient).

Ces trois ensembles de problèmes, on ne les a pas pris en considération ni par hasard ni par goût personnel; on les a empruntés à la méthodologie des sciences. Ils en font partie et on considère que chacun d'entre eux est propre à un certain degré d'approfondissement de la recherche scientifique.2

Ainsi, le problème noté par I est celui qui vise l'existence et les limites d'un domaine à étudier: c'est le problème de l'orientation (du premier pas dans la voie scientifique) et son importance n'a pas diminué de nos jours où les frontières entre les domaines de la recherche s'avèrent tellement vite franchissables et que de nouvelles aires de recherche, les aires interdisciplinaires apparaissent.

Le problème noté par II tient surtout de la méthodologie des sciences et particulièrement du niveau descriptif de la recherche. Quelle que soit la combinaison des méthodes de recherche subordonnées à une intention descriptive, elles ne devraient retenir l'attention du chercheur au point qu'il oublie que le niveau descriptif ne saurait être qu'un niveau subséquent et intermédiaire. Subséquent, puisqu'il suit une définition et intermédiaire parce qu'il prépare la compréhension mais il ne la réalise pas. Ce n'est qu'en épuisant les possibilités de décrire un objet qu'on pourrait s'avancer vers l'explication de sa raison d'être et aborder par la suite le problème noté par III.

Le problème de l'explication multiplie les difficultés du chercheur. La description est une condition nécessaire mais non pas suffisante de l'explication. Il n'y a pas d'explication en dehors des connexions des descriptions mises en rapport avec des domaines apparentés aux problèmes envisagés. Il faut tenir compte de la nécessité d'ajouter à la description des états, faite en détail, la dimension d'un point de vue dynamique, diachronique.

A.1. Pour ce qui est de la définition du proverbe, il y a convergence des opinions concernant l'essence de l'existence du proverbe notamment qu'il est considéré comme une espèce de la littérature folklorique, espèce appartenant au genre court. Les différences entre les points de vue portent sur ce qui n'est pas essentiel pour la nature du proverbe. Pas un chercheur ne place le proverbe en dehors de la création folklorique. Les différences sont dues surtout à un visible penchant pour les définitions littéraires, métaphoriques.3

Ce qui est à retenir de la multitude des définitions du proverbe est: 

  1. ce qui n'est pas littéraire dans les définitions;
  2. ce qui n'est pas subjectif;
  3. Ce que toutes les définitions ont en commun. Ces éléments constituent les notes scientifiques, objectives et semblent avoir le caractère de norme (loi) parce qu'ils sont durables dans le temps et dans l'espace.

2. Les opinions des parémiologues sur la définition se partagent au moment ou ils y introduisent des critériums qui dépassent le domaine folklorique: ils prennent l'appui des points de vue philosophiques, éthiques, esthétiques, sociologiques, pour définir le proverbe.4

B. Décrire un objet d'une certaine manière n'est rien d'autre qu'extérioriser la manière dont on le connaît le monde et qui sont représentées par des listes, des suites de traits caractéristiques, en passant par les modes supposant une certaine structuration des indices et des traits caractéristiques des objets et jusqu'aux formes élaborées de la connaissance systématique du monde, il y a une vaste aire ou les recherches parémiologiques actuelles trouvent leur place. 

1. Les débuts de la description dans le domaine de la parémiologie offrent de simples listes plus ou moins longues des collections hétérogènes suivies de commentaires naïfs ou la surprise se mêle à l'admiration pour les proverbes.

2. Une tentative de systématisation aura ensuite pour résultat des listes dont les dimensions sont, en général, plus réduites et qu'on a dressées selon un certain critérium thématique.

3. Il y a enfin d'autres ouvrages qui essaient de mettre de l'ordre dans les collections de proverbes qui existent déjà. Matti Kuusi5, dans la première partie de son étude cherche un système international de mettre en rapport les collections nationales et multinationales de proverbes. Il fait l'analyse de tous les critériums employés dans les 973 collections prises en considération, il y introduit une multitude d'indices.

3.1. Notre collection de choix, la collection Zanne se place parmi les collections unilingues avec des comparaisons internationales. Elle a le code Zanne 1895 - 1903 S Tm AhT/P(T)L; G ou: S = structural, Tm = thématique par groupe de proverbes; L = analyse micro-structurale de la source; G = glossaire.

Le degré d'hétérogénéité des critériums sur lesquels la collection est fondée est assez élevé si l'on compare cette collection aux 973 collections analysées par Matti Kuusi.6

C. Ces collections dont Matti Kuusi s'est servi pour tenter de réaliser un système international du proverbe nous permettent d'affirmer qu'à l'exception de l'ouvrage de Permiakov, la parémiologie est encore à ses débuts.

1. Le peu de rigueur scientifique qui caractérise la parémiologie pourrait être partiellement justifiée par l'immensité du contenu vehiculé par les espèces parémiologiques. Mais tant que les disciplines anthropologiques elles-mêmes sont en train de se constituer en tant que sciences exactes on peut excuser la parémiologie pour son niveau, encore plus bas; de rigueur scientifique.

2. Les études théoriques7 de chez nous ou d'ailleurs, fondées sur les différentes collections, listes, sources parémiologiques se font toutes coupables d'être plus ou moins spéculatives.


The full text of this article is published in De Proverbio - Issue 11:2000 & Issue 12:2000, an electronic book, available from amazon.com and other leading Internet booksellers.

7. Cette manière de description a permis à Permjakov de réduire la structure du monde à un système d'appartenances et à un système d'implications intra- et intersystématiques.

7.1. Un exemple: P(x)->Q(y), c'est une expression de Permjakov qui veut dire que, si un objet (P) a la propriété (x) alors l'objet (P) aura aussi la propriété (y). C'est la situation décrite par (6.1.1.), l'analyse intraobjectuelle (intrasystématique).

Du point de vue logique cette formalisation semble étrange. Elle sera prise en considération telle que Permjakov l'a employée au cours de son étude: comme une pure convention. Cette expression formalise ce qu'on a appelé structure intraobjectuelle (6.1.1.). C'est la relation entre un objet et ses propriétés, tout comme une relation d'implication entre les propriétés d'un seul et même objet.

7.1.1. L'exemple de Permjakov pour un cas concret de 7.1. est: Ce qui naît, doit mourir

7.2. Pour l'expression: [(P~Q)]->[ (P)-> (Q)], l'exemple de Permjakov est:

7.2.1. Il y a de l'eau, il doit y avoir aussi du poisson. Le correspondant roumain serait: C'est du lac que j'ai besoin; des grenouilles, je m'en moque (Z I 797).

Cela (7.2.) suppose une relation quelconque entre les objets d'où résulte une relation d'implication entre eux. Ce schéma se place parmi (6.1.2.) les relations entre les objets. Une relation quelconque entre les objets aboutirait à une relation logique puisque tout en affirmant le rapport (P~Q), Permjakov déplace le problème à un niveau tenant des structures logiques.

7.2.2. Cependant, cette structure est, elle aussi, discutable du point de vue logique puisque la relation d'implication est une relation asymétrique. L'exemple de Permjakov (7.2.1.): Il y a de l'eau, il dit y avoir aussi du poisson paraît être mis en rapport d'une manière incorrecte avec l'expression logique en question étant donné que l'expression de Permjakov n'est pas modale. On ne dit pas: si P existe alors il est possible que la relation Q ( P->Q) existe elle aussi; selon ce type de construction la forme du proverbe serait tout autre:

7.2.2.1. S'il y a de l'eau, il serait possible qu'il y ait du poisson aussi. L'expression de Permjakov (7.2.) aurait pour actualisation linguistique: S'il y a du poisson, alors il y a certainement de l' eau aussi. Cette erreur d'ordre logique à part, on devrait retenir que l'expression 7.2. introduit un problème d'existence (ontologique).

7.3. Pour l'expression: [(P->Q)] -> [P(x)->Q(x)], l'exemple concrète de Permjakov est: De grande montagne, grande ombre. Là encore il y a des observations à faire:

7.3.1. Du point de vue logique il n'y a pas de relation d'implication entre les objets. Le systéme de Permjakov propose la convention: P et Q sont chargés de désigner les objets et non pas des propositions ayant trait à ces objets.

7.3.2. Pour ce qui est de la seconde partie de l'expression (7.3.): P(x)->Q(x) elle franchit les limites du cadre logique de la quantification universelle (toute propriété de Q est aussi la propriété de P). Ce n'est qu'au moment ou P représente la partie d'un tout que les propriétés du tout seront celles des parties aussi. Mais pour l'expression de Permjakov, ou la quantification universelle ne fonctionne pas, on ne prend pas en considération n'importe quelle implication. Voilà donc que l'expression de Permjakov P(x)->Q(x) qui est la conséquence de la relation (P->Q), n'est pas toujours valable, autrement dit il n'est pas possible de déduire les propriétés des objets à partir d'un rapport de connexion entre les objets que dans la situation ou il existe un quantificateur universel pour l'expression P->Q.

Si l'on compare l'expression 7.3. à 7.1. ou l'on trouve la déduction logique d'une propriété à partir d'une autre propriété mais qui appartient, elle aussi au même objet, on peut affirmer que cette déduction respecte des principes de la pensée naturelle: L'homme ne peut retenir les objets que sous la forme des systèmes de propriétés. Si l'on continue cette comparaison la situation est différente d'un autre point de vue. L'expression (7.3.) nous met en présence d'une tentative de déduire la même propriété mais à partir des objets différents, réunis par une connexion que Permjakov appelle logique (implication) mais qui ne saurait fonctionner entre les objets. Et comme cette relation d'implication n'existe pas entre les objets physiques on ne saurait déduire, d'une manière logique, une seule et même propriété à partir des objets différents.

7.4. Pour l'expression: [P->x) ^ (Q->x)->(P>Q), l'exemple de Permjakov est: Ta propre herse vaut mieux que la charrue d'un autre.

C'est une expression d'une logique étrange. Dans cette expression Permjakov réunit deux formules qu'on a déjà citées. Celles qui ont trait aux relations entre les objets:

7.4.1. Il y a deux objets P et Q et une relation d'implication entre eux (6.2.).

7.4.2. On renvoie à une analyse interobjectuelle (6.1.): on présente les objets et leurs propriétés p(x) et Q (x) et la relation d'implication mentionée par (7.4.1.) fonctionne aussi pour (7.4.2.) qui est une analyse interobjectuelle.

De ce qu'on a déjà dit (7.4.1. et (7.4.2.) résulte une relation qui ne relève plus de la logique alétique (du vrai et du faux) mais de la logique dépentique (du comportement,) logique ayant trait aux valeurs parce que par l'implication supposée par (7.4.), (P>Q) (P préférable par rapport à Q) on déplace le problème dans le domaine de la théorie des valeurs.

Pour le moment les points faibles strictement logiques de l'expression (7.4.) sont les suivants:

7.4.3. pour ce qui est de la formalisation, x ne veut pas dire la mesure de x, mais l'exclusion de x (négation de x);

7.4.4. la négation de x dans l'expression Q(x) n'aboutit pas à un choix en faveur de P, puisque P possédant x ne veut pas dire qu'on puisse qualifier x comme favorable, utile ou d'une autre manière qui fasse appel à des expressions linguistiques d'une échelle de valeurs.

 

The full text of this article is published in De Proverbio - Issue 11:2000 & Issue 12:2000, an electronic book, available from amazon.com and other leading Internet booksellers.

15.3. Etant donné que les modèles formels centrés sur n'importe quelle science qui étudient l'homme s'avèrent être limités, nous avons cherché un modèle formel intégrateur qui soit à même de rendre possible l'appréhension de tout le domaine des idées vehiculées par la parémiologie. Pour atteindre notre but on a pris en tout premier lieu l'épistémologie à l'appui et non pas la logique. Nous nous sommes servi des données de l'épistémologie scientifique (La génétique de l'école genevoise). Comme instrument formel nous avons choisi la logique de la pensée naturelle, qui est partie intégrante de l'épistémologie génétique. En tirant des enseignements de l'échec de Permjakov et de Matti Kuusi, nous ne nous sommes pas centré sur le langage, mais sur les mécanismes de la pensée naturelle qui peuvent rendre compte du langage.

15.3.1. Comme instrument de travail on a retenu deux types de structures qui caractérisent la pensée naturelle de tout homme: le groupe INRC et "le groupement."28 Ces deux structures offrent à la pensée humaine deux composants fondamentaux qui sont en continuelle interaction: celui qui permet la création du nouveau (le composant constructiviste) construction assurée par la structure du groupement et celui qui assure la cohérence (non-contradiction) de la pensée naturelle (le composant équilibrant).

15.3.1.1. Nous avons mis a profit la définition du proverbe donnée par Permjakov (:le proverbe est un nom pour une situation) et l'idée que les situations ont des structures logiques.

15.3.2. C'est ainsi que nous avons établi que les structures de situations sont: primaires, dérivées, simples et composées.

15.3.2.1. Les structures primaires que nous avons dégagées des corpus parémiques étudiés sont:

15.3.2.1.1. L'implication (p>q). Exemple: Cine se scoala de dimineata, departe ajunge (Celui qui se réveille de bon matin va loin); Dai, n-ai (Si tu donnes, tu perdras); (Si... alors).

15.3.2.1.2. La non-implication (p.q). Exemple: De rien on ne fait rien; Une hirondelle ne fait pas le printemps; (bien que... quandmême).

15.3.2.1.3. L'incompatibilité (p / q). Exemple: Vorbele goale nu potolesc foamea (Le ventre ne se rassasie pas de paroles).

Ces trois types de structures logiques sont les plus nombreuses à l'intérieur des corpus parémiques et elles conduisent directement à des actes de décision. C'est justement pourquoi elles sont trois.

15.3.2.2. Apartir de structures primaires on obtient les structures dérivées en appliquant les lois du groupe INRC et de groupement.

15.3.2.2.1. L'équivalence positive (p=q): Pe magar cît sa-l împodobesti nu poti sa-l numesti armasar (ne paré ne cesse pas de braire); Porcu-i tot porc si în ziua de Pasti (Le pourceau reste pourceau même au jour des Pâques).

15.3.2.2.2. L'équivalence négative (p w q): Ce mi-e Stan, ce mi-e Bran (C'est bonnet blanc et blanc bonnet); Daca în padure sînt lupi, în sat turci (il y a des loups au bois et ds Turcs dans le village). C'est ce qui rend la décision impossible dans des situations conflictuelles du type Scylla et Carybde.

15.3.2.2.3. Une forme spéciale d'équivalence est encore l'implication tautologique (p=p): Boierul e tot boier, macar de s-ar fi încins cu tei (Le noble reste noble quel que soit son habit); Omul e tot om în orice situatie (L'homme reste homme dans n'importe quelle situation).

15.3.2.2.4. La demi-équivalence (la demi-implication) p[q] Cum e turcul si pistolul (Tel Turc, tel pistolet); Cum e mama e si fata (Telle mère, telle fille).

15.5.2.3. Certaines structures logiques élémentaires, telles que la conjonction logique (p . q) et la disjonction logique ( p v q) ne sont pas des indices révélateurs en tant que structures de situations parce qu'elles sont, respectivement, des jugements particulier-affirmatifs

(p . q) ou renferment l'idée d'ambiguité (p v q). Le plan du jugement particulier-affirmatif et alternatif dans un système de valeurs tel qu'il est vehiculé par le proverbe ne saurait être compris si l'on ne prend pas en considération le caractère pragmatique de la pensée populaire.

Or, le jugement particulier-affirmatif et le jugement alternatif ne constituent pas des fondements logiques pour les options. Même si ces structures logiques ne caractérisent pas les structures de situations décélables dans les proverbes, elles ne sont pas tout à fait absentes des parémies. Ces structures-là sont l'expression de certaines structures sous-parémiques (les idiotismes) qui font souvent partie de la structure des proverbes. Cette idée devient plus évidente si l'on se rend compte que le jugement particulier-négatif (l'exception) doit exister dans le système, vu que dans les actes de décision l'exception est nécessairement prise en considération: (ne pas) faire. L'exception négative conteste le jugement universel-affirmatif.

Ces structures logiques se combinent quand même avec les structures primaires pour produire les structures composées: Dracul nu face biserici, nici puturi pe la raspîntii (P/Q=P/R) (Le diable ne fait construire ni églises ni fontaines aux carrefours); Dintr-o meserie cît de mica, daca nu curge, pica (Il n'est pas métier qui ne nourrisse son maître [P>(Q . R)]; Cîinele intra uneori în biserica, dar nici biserica nu se spurca, nici cîinele nu se sfinteste [P > (Q / R)]; (Le chien entre parfois dans l'église, mais ni léglise ne devient niche, ni le chien un saint); Nici salcia pom, nici mojicul om (Ni le saule vrai arbre, ni le vilain vrai homme) [(P / Q) = (R / S)]. D'autres exemples où l'implication se combine avec la tautologie: Scoala face omul om si altoiul pomul pom (C'est l'instruction qui fait de l'homme un vrai homme et la greffe qui fait d'un arbre un vrai arbre) (dans le sens: Nourriture passe nature).

Mais, en général, les amplifications des expressions sont dues aux descriptions (périphrase, paraphrase), aux macronoms.

15.3.2.4. Les corpus parémiques renferment encore des échantillons qui expriment des attitudes ou des préférences (p q >). On peut les ranger, elles aussi, à côté de la non-préférence et l'indifférence dans un carré logique on N = R et C = I: Decît fata, mai bine mergea pe apa (Il est préférable que la fille naisse morte); Cinstea cîntareste mai mult decît banul (Mieux vaut trésor d'honneur que d'or); Mai bine o împacare strîmba decît o judecata dreapta (Un maigre accord est préférable à un gras procés); Sanatatea e mai buna ca toate (Mieux vaut avoir santé que richesse).

 

The full text of this article is published in De Proverbio - Issue 11:2000 & Issue 12:2000, an electronic book, available from amazon.com and other leading Internet booksellers.

1.2. Si l'on changeait l'ordre de l'orientation explicatum - explicandum le proverbe ne serait plus un explicatum pour la culture qui avait le rôle d'explicatum pour le proverbe et pour les espèces folkloriques en général qui deviendraient des explicanda. C'est ainsi qu'on parviendrait à avoir des objets de recherche qui soient très raffinés, à plusieurs aspects, que l'on pourrait présenter comme des systèmes intégrés au système d'ensemble de la culture. On pourrait donc laisser de côté la méthode en usage jusqu'à présent qui consistait à découvrir, à vaguement suivre le contour de ces systèmes et à formuler, à partir de ces "non-determinata" des opinions, souvent contradictoires, sur l'existence humaine considérée dans toute sa complexité.

2. On ne saurait concevoir qu'une telle orientation, qui ferait que le folkloriste soit folkloriste et rien d'autre, soit réalisable au niveau individuel.40

Pour remettre en question un principe de recherche, pour l'orienter dans une autre direction, jusqu'à en renverser le sens et lui donner une nouvelle signification, une collaboration plus large serait indispensable.

Il en résulterait plus de rigueur, plus de certitude et moins de spéculation, de tâtonnement, qu'on avait fait non pas à l'aveuglette, mais guidé par une très faible lumière.

Version française: Manea Ioana

NOTES ET BIBLIOGRAPHIE

Previously published in Proverbium 2 (1985), pp. 185-232.
Permission to publish this article granted by Proverbium (Editor: Prof. Wolfgang Mieder, University of Vermont, USA).

  1. G. L. Permjakov, From proverb to folk-tale. Notes on the general theory of cliché, Moscow, 1979; Matti Kuusi: Towards an international type-system of proverbs, in "Proverbium," 19/1972, p. 699-735.
  2. J. Piaget, Epistémologie des sciences de l'homme, Paris, 1972.
  3. M. Duduleanu, Munca reflectata în proverbele lumii (Le travail reflété dans les proverbes du monde), Bucarest, 1972, p. VII-VIII. On y reproduit 13 définitions métaphoriques, auxquelles on pourrait ajouter celle de Eminescu (le plus grand poète roumain) "...dont le sens s'enfuit mais qui sont lourds de sens" et celle de M. Kuusi: "Monumenta humana," cf. Lutz Röhrich, Wolfgang Mieder, Sprichwort, Stuttgart, 1977, p. 2.
  4. Des exemples de définitions renferment des critères philosophiques: "Le proverbe c'est l'esprit individuel el la sagesse collective"; sociologiques: "Les proverbes sont engendrés par l'expérience"; éthiques: "Tout le bon-sens de l'humanité se retrouve dans les proverbes"; littéraires: "Les proverbes sont des mots ailés." Miguel de Cervantes affirme que les proverbes sont de courtes propositions ou une vaste expérience est cncentrée. Sancho Panza se sert d'un grand nombre de proverbes; c'est une façon de souligner l'existence des réflexions populaires dans son discours. Cette définition là a fait fortune pendant de longues années.
  5. M. Kuusi, Op. Cit., pp. 699-735.
  6. Monica Rahmil, Ghicitori si proverbe (Devinettes et proverbes), Bucarest, 1957, p. 7. Dans la préface elle fait des remarques sur l' hétérogenéité de la collection Zanne, qu'elle considère chaotique même.
  7. Lucian Blaga, Trilogia culturii (La trilogie de la culture), Bucarest, 1969, pp. 189-203; Ion C. Chitimia, Folclor românesc în perspectiva comparata (Folklore roumain dans la perspective comparée), Bucarest, 1971, pp. 239-276; V. Ciobanu, P. Ruxandoiu, M. Buga, Proverbele si zicatorile (Proverbes et dictons) dans Istoria literature române (Histoire de la littérature roumaine), Ier tome, Bucarest, 1964, pp. 193-200; N. Iorga, Istoria literature române (Histoire de la littérature roumaine), Bucarest, 1969, chap. IV, (Littérature gnomique), pp. 25-87; George Muntean, Proverbe românesti (Proverbes roumains), Bucarest, 1967; Ovidiu Papadima, Literatura populara româna (La littérature populaire roumaine), Bucarest, 1968, chapitre "Le proverbe en tant que forme de sagesse" pp. 341-374; Mihai Pop et Pavel Ruxandoiu, Folclor literar românesc (Folklore littéraire roumain), Bucarest, pp.231-244; Tache Papahagi, Folclor român comparat (Folklore roumain comparé), cours universitaire, 1928/1929; Lazar Saineanu, Influenta orientala asupra limbei si culturei române (L'influence orientale sur la langue et la culture roumaines), Ier vol., Bucarest, 1900, chap. VII (L'élément folklorique); B. Theodorescu, O. Paun, Folclor literar românesc, (Folklore littéraire roumain), Bucarest, 1967, pp. 171-176; G. Dem. Teodorescu, Cercetari asupra proverbelor române (Recherches sur les proverbes roumains), Bucarest, 1877; Gheorghe Vrabie Folkcorul (Le folklore), Bucarest, 1970, chap. "Littérature sentencieuse et enigmatique," pp. 276-303; Iuliu A. Zanne, Proverbele românilor din România, Basarabia, Bucovina, Ungaria, Istria i Macedonia (Les proverbes des Roumains de Roumanie, Bassarabie, Bucovine, Hongrie, Histrie i Macédonia), ler vol., Bucarest, 1895, p. IX-XLIX.
  8. S. N. Kramer, Istoria începe la Sumer, (L'histoire commence au le Sumer), Bucarest, 1962, pp. 177-185.
  9. J. Piaget, Introduction à l' épistémologie génétique, III. Vol., Paris, 1950.
  10. J. Piaget, La sagesse et les illusions de la philosophie (Intelepciunea si iluziile filozofiei), Bucarest, 1971: Les dimensions interdisciplinaires de la psychologie, Bucarest, 1972, chap. III (L'étude des valeurs).
  11. Nigel Barley, Some comments on Krikmann, dans "Proverbium," 25/1975, pp. 991-992; Alan Dundes, On the structure of the proverb, dans "Proverbium," 25/1975, pp. 961-973; Arvo Krikmann, Some difficulties arising at semantic classifying of proverbs, dans "Proverbium," 23/1973, pp. 865-879; Matti Kuusi, How can a type index of international proverbs be outlined? Dans "Proverbium," 15/1970, pp. 473-476; Lutz Röhrich, Wolfgang Mieder, Sprichwort, Stuttgart, 1977; Nicolae Rosianu, Folclor literar rus (Folklore littéraire russe), Bucarest, 1979, pp. 68-70; Pavel Ruxandoiu, Proverbul, element de educatie (Le proverbe, élément d'éducation), dans "Educatie si limbaj," Bucarest, 1972, pp. 171-176, etc.
  12. L. von Bertalanffy, Théorie générale des systèmes, Paris, 1973.
  13. P. P. Hasdeu, Etymologicum Magnum Romaniae. Dictionarul limbei istorice si poporane a românilor. (Dictionnaire de la langue historique et populaire des Roumains). Edition préparée par Grigore Brâncus, IIIe vol., Bucarest, 1976, p. 280.
  14. Cf. Permjakov, Op. Cit., chap. II, pp. 33-51.
  15. Ovidiu Bîrlea, Proverbe si zicatori românesti (Proverbes et dictons roumains),Bucarest, 1966, et I. C. Chitimia, Op. Cit., pp. 241-242.
  16. G. L. Permjakov, On paremiological homonymy and synonymy, dans "Proverbium," 24/1974, pp. 941-943.
  17. Cf. 9, chap. La pensée sociologique.
  18. Matti Kuusi, Art. Cit., pp. 699-735.
  19. Arvo Krikmann, Zur Problematik der Metasprache als Ausdruck der Bedeutungsstreung der Sprichwörter, dans "Proverbium," 17/1971 pp. 624-626.
  20. Agnes Szemerkényi, A semiotic approach to the study of proverbs," dans "Proverbium," 24/1974, pp. 934-935.
  21. Lucian Blaga, Op. Cit., chap. Pittoresque et révélation, pp. 189-203. Il met en évidence justement la fonction de délecter du proverbe.
  22. Nigel Barley, A structural approach to the proverb and maxim with special reference to the anglo-saxon corpus; The proverb and related problems of genre-definition, dans "Proverbium," 20/1972, pp. 737-750 et 23/1974, pp. 880-884.
  23. Heda Jason, Proverbs in society: the problem of meaning and function, dans "Proverbium," 17/1971, pp. 617-623.
  24. D Stanciu, Proverbul, izvor de cunoastere a gîndirii si expresiei folclorice a poporului român (Le proverbe, source de connaissance de la pensée et de l'expression folklorique du peuple roumain), Comparaison avec la parémiologie des peuples balcaniques, Thèse de doctorat, l'Université de Bucarest, 1983.
  25. Sergiu Al-George, Limba si gîndire în cultura indiana (Langue et pensée dans la culture indienne), Bucarest, 1976, p. 161.
  26. J. Piaget, E. W. Beth..., Implication, formalisation et logique naturelle. PUF XVI, Paris, 1962.
  27. Herbert H. Clark, Semantics and Comprehension, Paris, New-York, 1980.
  28. J. Piaget, Essai de logique opératoire, II-e éd., Paris, 1972.
  29. Jean Piaget, Introduction à l' épistémologie génétique, 3, vol. Paris, 1950
  30. Ludwig von Bertalanffy, Op. Cit.
  31. D. Stanciu, Op. Cit., pp. 111-136, paragraph 9.
  32. Ovidiu Bîrlea, Poetica folclorica (Poétique folklorique), Bucarest 1979, pp. 67-73; Stelian Dumistracel, Lexica românesc. Cuvinte, metafore, expresii (Lexique roumain. Mots, métaphores, expressions), Bucarest, 1980, pp. 126-236; Adrian Fochi, Estetica oralitatii (Esthétique le l' oralité), Bucarest, 1980; Petru Ursache, Poetica folclorica, (Poétique folklorique), Jassy, 1976, pp. 94-97; Gheorghe Vrabie, Retorica folclorului (La réthorique du folklore), Bucarest, 1978, pp. 279-288.
  33. Cezar Tabarcea, Poetica proverbului (La poétique du proverbe), Bucarest, 1982; Constantin Negreanu, Structura proverbelor românesti (La structure des proverbes roumains), Bucarest, 1983.
  34. Vasile Netea, Primele colectii de proverbe românesti (Les première collections de proverbes roumains), dans la collection "Studii de folclor si literatura," Bucarest, 1967, pp. 401-437; L. Demény, I. Vladutiu, Contributii documentare la începuturile culegerilor populare românesti în Transilvania, (Contributions documentaires au sujet des premières collections populaires roumaines en Transylvanie), dans "Revista de etnografie si folclor", 10/1965, pp. 627-640.
  35. Mihai Pop, Pavel Ruxandoiu, Op. Cit., pp. 231-248.
  36. Leiv Flydal, Considérations sur les proverbes roumains, essai de classification de quelques-uns de leurs traits formels, Sinaia, 1971. L'auteur fait une analyse linguistique du proverbe roumain du point de vue glossématique, hjelmslevien (L'école danoise); Sanda Golopentia-Eretescu, Paradoxical proverbs, paradoxical words, dans "Proverbium," 17/1971, pp. 626-629; Infinite proverbs dans "Proverbium," 15/1970, pp. 454-455; Buzele cele mute vorbesc pe tacute (Les lèvres muettes parlent silencieusement), dans "Educatie si limbaj," Bucarest, 1972, pp. 191-195. L'auteur applique des modèles structuraux à des groupes de proverbes très restreints. C'est une tentative dont il est difficile d'apprécier les résultats justement parce que le corpus de proverbes est trop réduit.
  37. Nicolae Rosianu, Maxima populara rusa si corespondentele românesti (La maxime populaire russe et les correspondants roumains), Bucuresti, 1979, pp. 5-26. Il est à signaler que l'auteur s'est rapporté à la première édition en russe de l'ouvrage de G. L. Permjakov, Ot pogovorki do skazki, Moscow, 1970. Du même auteur Eseuri despre folclor, (Essais sur le folklore) Bucarest, 1981, pp. 77-101.
  38. Les commentaires axiologiques faits à partir des sens lexicaux du proverbe existent presque chez tous les chercheurs cités au paragraphe C est un signifiant et non pas un signifié; c'est tout comme le mythe, un macrosigne. On a des réserves quant au rapport direct qui existe entre le signifiant des parémies et le signifié des mots dont les proverbes sont formés.
  39. Hermina Sinclair de Zwart, Acquisition du langage et développement de la pensée, Paris, 1967; J; Piaget, La formation du symbole chez l'enfant, Neuchâtel, 1964.
  40. La collection Zanne, dont tous les exemples de proverbes cités font partie, dépasse en autorité toutes les collections qui lui ont succédé et qui se sont emparées du matériel qu'elle leur offrait. Ce matérial on l'a regroupé selon d'autres critères. Un problème à résoudre pour les folkloristes roumains serait non seulement une nouvelle parution du corpus Zanne, mais son réorganisation également selon des critères plus rigoureux, apprès l'avoir complétée. Là-dessus ou à l'exemple du travail des 54 chercheurs polonais, qui ont réalisé à partir de 1954, sous la direction de I. Krzyzanowski, une collection ou le groupement est opéré selon des critères scientifiques. Le symposium de parémiologie de Helsinki (juin 1971) recommande cette collection comme un modèle scientifique d'organisation d'un corpus parémique régional ou national, à côté de quelques autres classifications systématiques: celles qui sont dues à Morris Palmer Tilley et B. J. Whiting, cf. "Proverbium," 25/1975, p. 995. Lutz Röhrich s'est servi des mêmes critères dans son "Lexikon der sprichwörtlichen Redensarten," Band I-II, Freiburg, Basel, Wien, 1973.

ROMANIAN PAREMIOLOGICAL BIBLIOGRAPHY

I. Anthologies of Proverbs and Sayings

  1. Iuliu A ZANNE, Proverbele românilor din România, Basarabia, Bucovine, Ungaria, Istria si Macedonia, Vol. I-X, Bucuresti, 1985-1903.  
  2. Ion Aurel CANDREA, Dictionar de proverbe si zicatori (Dictionary of Proverbs and Sayings), Bucuresti, 1912.  
  3. George MUNTEAN, Proverbe românesti, Bucuresti, 1967.  
  4. Gheorghe PASCHIA, Buna-cuviinta oglindita în proverbe si maxime din toata lumea (Decency as Reflected in Proverbs and Aphorisms throughout the World), Bucuresti, 1970.  
  5. Teofil SIMENSCHY, Un dictionar al întelepciunii (A Dictionary of Wisdom), Vol. I-IV, Iasi, 1970-1975.  
  6. Petru REZUS Daca poti rîde, sa rîzi. Proverbe din Banat (Laugh, if You Can. Proverbs from Banat), Timisoara, 1974.  
  7. Elena GORUNESCU, Dictionar de proverbe francez-român si Dictionar de proverbe român-francez (French-Roumanian and Romanian-French Dictionary of Proverbs), Bucuresti, 1975 and 1978.  
  8. Amita BHOSE. Proverbe si cugetari bengaleze (Bengal Proverbs and Meditations), Bucuresti, 1975  
  9. Ion Gr. BOGDAN, , Proverbe si cugetari despre omenie (Proverbs and Thouthts about Humanity), Bucuresti, 1975  
  10. Mircea DUDULEANU, Femeia în proverbele lumii (Woman in World's Proverbs), Bucuresti, 1975.  
  11. Constantin DANIEL, Maxime, sentinte si aforisme din Egiptul antic (Aphorisms, Sentences and Gnomes of Ancient Egypt), Bucuresti, 1975.  
  12. Vasile DIACONU, Maria MARINESCU-HIMU, Proverbe si cugetari latine (Latin Proverbs and Thoughts), Bucuresti, 1976.  
  13. Nicolae DORISAN, Proverbe, maxime si aforisme arabe (Arab Proverbs, Aphorisms and Gnomes), Bucuresti, 1976.  
  14. Anton PANN (De la lume adunate si iarasi la lume date. Proverburi (Taken from and Given back to the World Proverbs), Bucuresti, 1976, editie îngrijita de AL. STANCIULESCU-BIRDA.  
  15. Vasile VASILE, Proverbe si cugetari despre patrie (Proverbs and Thoughts on Homeland), Bucuresti, 1977.  
  16. MIHAILESCU, Proverbe, cugetari si definitii despre educatie (Proverbs, Thoughts and Definitions on Education), Bucuresti, 1977  
  17. Mihai ANUTEI, Dictionar de proverbe german-român (German-Romanian Dictionary of Proverbs), Bucuresti, 1978  
  18. Istvàn VOO, Dictionar de proverbe român-maghiar (Roumanian-Hungarian Dictionary of Proverbs), Bucuresti, 1978  
  19. Virgil LEFTER, Dictionar de proverbe român-englez si Dictionar de proverbe englez-român (Roumanian-English and English-Roumanian/Dictionary of Proverbs), Bucuresti, 1978, 1974  
  20. Nicolae ROSIANU, Maxima popularã rusa si corespodentele românesti (The Russian Popular Aphorism and Its Romanian Correspondents), Bucuresti, 1979  
  21. Sergiu STELIAN, Proverbe si cugetari armenesti (Armenian Proverbs and Thoughts), Bucuresti, 1979  
  22. Micaela GHITESCU, Dictionar de proverbe spaniol-portughez-român (Spanish-Portuguese-Romanian Dictionary of Proverbs), Bucuresti, 1980.  
  23. Mihail IONESCU, Proverbe si cugetari italiene (Italian Proverbs and Thoughts), Bucuresti, 1982.  
  24. Stela IANCU, Irina IANCU, Curajul în proverbele si cugetarile lumii (Courage in World's Proverbs and Thoughts), Bucuresti, 1982.

II. Dissertations and Papers for Doctor's Degree

  1. Cezar TABARCEA, Structura semantico-stilistica a proverbelor românesti (The Semantico-Stylistic Structure of Romanian Proverbs), Universitatea Bucuresti, 1978. Lucrare publicata sub titlul Poetica proverbului (Paper published under the title The Poetics of the Proverb), Bucuresti, 1982.
  2. Constantin NEGREANU, Proverbele românilor. Consideratii asupra structurii lor lingvistice si stilistice (The Proverbs of the Romanian People. Considerations on their Linguistic and Stylistic Structure), Universitatea Timisoara, 1979. Lucrare publicata sub titlul Structura proverbelor românesti (Paper published under the title Structure of the Romanian Proverbs), Bucuresti, 1983.
  3. Dumitru STANCIU, Proverbul, izvor de cunoastere a gîndirii si expresiei folclorice a poporului român. Comparatie cu paremiologia popoarelor balcanice (The Proverb, a Source for the Comprehension of the Folk Thought and Expression of the Romanian People. Conmparison with the Paremiology of the Balkanic Peoples), Universitatea din Bucuresti, 1983.

III. Paremiological Studies, Articles and Monographs

  1. G. Dem TEODORESCU, Cercetari asupra proverbelor române (Research on the Romanian Proverbs), Bucuresti, 1877.
  2. Ion C. CHITIMIA, Paremiologie (Paremiology), in "Studii si cercetari de istorie literara si folclor," IX/ 1960, nr. 3, p. 461-485.
  3. V. CIOBANU, P. RUXANDOIU, M. BUGA, Proverbele si zicatorile (Proverbs and Sayings), in "Istoria literaturii române," Vol. I. Bucuresti, 1964, p. 193-200.
  4. Pavel RUXANDOIU, Aspectul metaforic al proverbelor (The Metaphoric Aspect of Proverbs), in "Studii de poetica si stilistica," Bucuresti, 1966, p. 94-113.
  5. Pavel RUXANDOIU, Proverbul, element de educatie (The Proverb - an Element of Education), in "Educatie si limbaj," Bucuresti, 1972, p. 171-176.
  6. Pavel RUXANDOIU, Functia sociala a proverbelor (The Social Function of Proverbs), in "Analele Universitatii Bucuresti," XXII, 1/1973, p. 81-87.
  7. Sanda GOLOPENTIA-ERETESCU, La structure linguistique des proverbes équationnels, in ëCahiers de linguistique théorique et appliquée," II, 1965, p. 43-61.
  8. Sanda GOLOPENTIA-ERETESCU, Paradoxical proverbs, paradoxical words, in "Proverbium," 17/1971, p. 626-629.
  9. Sanda GOLOPENTIA-ERETESCU, Buzele cele mute vorbesc pe tacute (Dumb Lips Talk Silently), in "Educatie si Limbaj," Bucuresti, 1972, p. 191-195.
  10. Barbu THEODORESCU, Octav PAUN, Genul aforistic; proverbele, zicatorile si ghicitorile (The Aphoristic Gender: Proverbs, Sayings and Riddles), in "Folclor literar românesc," Bucuresti, 1967, p. 250-262.
  11. Ovidiu PAPADIMA, Proverbul ca forma de întelepciune (The Proverb as a Form of Wisdom), in "Literatura populara româna", Bucuresti, 1968, p. 341-374.
  12. Lucian BLAGA, Pitoresc si revelatie (Picturesque and Revelation), in "Trilogia culturii," Bucuresti, 1969, p. 189-203.
  13. Nicolae IORGA, Literatura gnomica (Gnomic Literature), in "Istoria literaturii române," Bucuresti, 1969, p. 25-87.
  14. Leiv FLYDAL, Considerations sur les proverbes roumains. Essai de classification de quelques-uns de leurs traits formels, Sinaia-Bucuresti, 1971.
  15. Mihai POP, Pavel RUXANDOIU, Literatura aforistica si enigmatica ( Enigmatic and Gnomic Literature), in "Folclor literar românesc," Bucuresti, 1976, p. 230-249.
  16. Dumitru STANCIU, Ecouri ale stapînirii otomane în paremiologia balcanica (Echoes of the Ottoman Rule in the Balkanic Paremiology), in "Anuarul Institutului de istorie si arheologie," Iasi, 1977, p . 431-437.
  17. Dumitru STANCIU, Paremiologia în optica cercetarilor si ideilor contemporane (Paremiology from the Point of view of Contemporary Researches and Ideas), in "Anuar de lingvisticã si istorie literarã," Tomul XXVII, 1979-1980, p. 201-211.
  18. Dumitru STANCIU, Remarks about the Experience of the Sea in the Romanian Proverb, in "Anuarul Institutului de istorie si arheologie," Iasi, XVII, 1980, p. 11-20
  19. Dumitru STANCIU, The Germans in the Romanian Proverbs, in "Anuarul Institutului de istorie si arheologie," XIX, Iasi, 1982, p. 96-103.
  20. Gheorghe VRABIE, Discursul gnomic sau sententios (The Gnomic in Sentencious Discourse), in "Retorica folclorului," Bucuersti, 1978, p. 279-288.
  21. Ovidiu BIRLEA, Metafora în zicatori, proverbe si ghicitori (The Metaphor in Sayings, Proverbs and Riddles), in "Poetica folclorica," Bucuresti, 1979, p. 67-76.
  22. Ovidiu BIRLEA, Proverbe si zicatori românesti (Romanian Proverbs and Sayings), Sinaia-Bucuresti, 1966.
  23. Nicolae ROSIANU, Maxima populara (The Popular Aphorism), in "Folclor literar rus," Bucuresti, 1979, p. 61-81.
  24. Nicolae ROSIANU, Model si varianta în maxima populara (Model and Variant in the Popular Aphorism), in "Eseuri despre folclor," Bucuresti, 1981, p. 77-101.

Dumitru Stanciu
Sos. Giurgiului 117,
Bloc 4, sc. 5, ap. 155
75334 Bucuresti 7
Romania


 
Articles | Books | Bibliographies | Bible Proverbs
Copyright © 1995-2017 De Proverbio. All rights reserved.
The banner illustration is a fragment of Pieter Bruegel's painting "The Netherlandish Proverbs", 1559